, Glandasse - Roc de Peyrolle : Pilier Leprince-Ringuet

Users:
Nicolas G., Michael
Routes:
Glandasse - Roc de Peyrolle: Pilier Leprince-Ringuet
  2016m  +1300m (380m)    SW   TD+ II P2 A0/6b+>6a
Summits, passes, lakes and cliffs:
Access points:
  • Activities:
  • Maximum altitude:
    2016m
  • Elevation gain / loss:
    +1300m
  • Altitude of access point:
    649m
  • Conditions:
    excellent
  • Crowding:
    nobody
french
italiangermanenglishspanishcatalanbasque
Conditions, equipment and rock quality (incl. approach):

Approche assez longue. Un piège: arrivée au col au bout d'une heure, on distingue deux sentes se dirigeant vers la falaise. A priori prendre celle de droite ne se dirigeant pas parfaitement vers la falaise, mais ça se perd rapidement.

Le rocher de la voie est très variable. Des fois il est vraiment craignos alors que dans certaines longueurs du haut, il est vraiment magique et compact tout en ayant de quoi se protéger proprement.

L'équipement est très variable. Parfois proche, surtout dans le dur (même si ce n'est pas toujours le cas: des fois des pitons dans le simple, des fois il faut engager dans le 6a), parfois non. La recherche d'itinéraire n'est globalement pas extrême. L'escalade est parfois difficile à l'ancienne, et je trouve les cotations du topo papier officiel bien douteuses par endroits! Une voie finalement pas si simple!

Une grande variété dans les longueurs en fait une voie très agréable! Vraiment une super ambiance, des traversées, du gaz, une ambiance un peu montagne...

Other conditions on the same day in the same range or massif

Weather:

Grand beau, températures agréables.

Departure time / duration:

Départ jeudi 08h de l'abbaye de Valcroissant, retour à 14h à l'abbaye (sisi, le lendemain!!)

Personal comments:

Un peu galéré à l'approche, du temps de perdu dès le début.

Erreur d'itinéraire en L3 (?) passé à gauche de la cheminée qui ne me faisait pas envie du tout: probablement 6a engagé en mauvais rocher. Option peu recommandable.

Sinon le reste de la voie s'est bien déroulé (à une ou deux prises en forme de dégaine près!), vraiment une belle voie où on pose pas mal de coinceurs (ce qui est un plaisir car cela est relativement facile ici), mais où l'équipement en place ne fait pas trop douter non plus.

Sortis au sommet au coucher du soleil, on décide de faire le grand tour à pied (le topo déconseille fortement la descente classique de nuit). Une frontale pour deux, on trouve le GR. On marche un peu au hasard sans jamais trouver le chemin de descente quand on se fait attaquer en pleine nuit par quatre Patous (sales bêtes!) qui nous contraignent à prendre la fuite.

Résultat, on perd complètement le GR, et nous sommes déshydratés (cela fait quelques heures que nos réserves en eau sont épuisées). Il est 22h30 mais nous n'abandonnons pas. Pour s'hydrater nous mastiquons des artichauts sauvages, mais c'est peu efficace. En plus les épines mal épluchées sont plutôt désagréables à manger.

Minuit, ça y est ça fait plus de trois heures que nous marchons plus oui moins au hasard sur le plateau, il est temps d'admettre que nous ne savons ni où nous sommes ni où aller. Bivouac un peu froid.

Le lendemain matin, recherche du GR, fort malheureusement infructueuse (effectivement nous avons bien fait de nous arrêter là car même de jour on ne savait plus où aller). On aperçoit tout au sud du plateau une bergerie fermée avec un bassin de rétention d'eau croupie, tant pis c'est toujours mieux que rien (malgré les insectes noyés dedans-on a soif ou on n'a pas soif!). De là un sentier nous a ramené à une vallée voisine de notre point de départ. On se paie un repas au resto, le dernier remontait à 29 heures!

Une sacrée épopée pour une voie trop sous estimée!

The text in this page is available under a Creative Commons CC-by-nc-nd license.
The images associated to this page are available under the license specified in the original document of each image.
Version #0, date 13 September 2012