Marcel Demont: plus de 50 années d'ouverture de voies nouvelles

français
italienallemandanglaisespagnolcatalanbasque

Regard sur 1/2 siècle d'activité

Réflexions


Ouvrir des voies nouvelles, pourquoi ?

  • Pour exister aux yeux de la population grimpante ?
  • Pour laisser une trace ?
  • Pour son seul plaisir ?
  • Pour le sport ?
  • Pour l’aventure ?
  • Si on veut grimper… faut équiper ?
  • Par altruisme ?
  • Pour avoir son nom dans le topo ?
  • Pour gagner sa croûte ?
  • Pour…?

Ce qui m’a fait / me fait agir dans ce domaine

  • Au cours des années 1950 : l’alpinisme ; l’exemple des grands alpinistes s’aventurant dans des faces encore vierges et y traçant des itinéraires qui deviendront légendaires, des ‘premières’. A cette époque, la hauteur de mes premières ne dépassera guère les 20mètres.
1272882712_53357596.jpgVoir les informations de l'image
1957 /58 Ouverture 1ère voie


1272882880_1731086588.jpgVoir les informations de l'image
Hiver 1957 /58 La grotte bivouac utilisée lors des ouvertures



1273838101_1682185484.jpgVoir les informations de l'image
Bivouac hivernal aux Aiguilles de Baulmes lors de l'ouverture d'une voie nouvelle durant l'hiver 1957 / 1958


1272882811_1766323620.jpgVoir les informations de l'image
Johnny, 1er compagnon d'ouvertures
  • Au cours des années 1960 : devenu guide, travaillant pour des collectivités, des groupes de plus de 20 personnes parfois, je découvre la nécessité de disposer de voies d’escalade sécurisées permettant de faire grimper tout le groupe dans de bonnes conditions (ouverture aux Aiguilles de Baulmes, à la Pierre du Moëllé, dans le granit de la Furka au service des Ecoles d’Alpinisme et des Groupements qui m’emploient). De telles infrastructures extérieures sont rares, il faut donc les créer. Dans le même temps, je réussis quelques ‘vraies’ premières sur de grandes parois des Alpes.
  • Au cours des années 1970, le mouvement vers l’escalade s’accélère, je continue à équiper pour la nécessité professionnelle. Toutefois, l’esprit de découverte est toujours présent. Un pan de rocher inexploré (jamais gravi) exerce sur moi une attirance irrésistible.
1272882982_1336149276.jpgVoir les informations de l'image
Janvier 1981: ouverture au Mt de Baulmes
  • Au cours des années 1980 et 1990, sollicité par plusieurs établissements scolaires pour organiser des cours d’escalade, j’élargis mon champ d’action (Sites d’escalade d’Anzeindaz, Pierre Q’Abotse, Dalle des guides, Saint-Loup, Trois Feuillets…).
1272883051_210532878.jpgVoir les informations de l'image
1990 Ouvrir en tête dans les Alpes


1273838241_357400927.jpgVoir les informations de l'image
Trois Feuillets, ouverture 1ère longueur de Solitude 5b, en 1996


1273838309_1852361375.jpgVoir les informations de l'image
Trois Feuillets, ouverture 2ème longueur Soliitude 5c, 1996
  • Au cours des années 2000, mon activité de guide s’oriente presque exclusivement vers la clientèle privée, je renonce à servir des collectivités. Je continue à ouvrir des voies d’escalade… pour le plaisir, pour l’aventure personnelle et pour être utile à la communauté des grimpeurs. Me sachant inapte à fonctionner dans un cadre aux structures contraignantes, je considère mon activité dans le domaine de l’équipement de voies d’escalade comme une forme d’engagement personnel au service de la société, l’idée étant de ‘faire sa part’.
    Utopiste ? Un peu fou ce type ? Peut-être bien. Tant pis.

    1272810152_587292204.jpgVoir les informations de l'image
    Ouverture d'une voie nouvelle dans les Alpes

1273837986_94170721.jpgVoir les informations de l'image
Pierre Q'Abotse, ouverture d'une variante velue en grosses pompes, 5c


A propos d’équipement et de ‘déséquipement’


« La dalle de Q’Abotse, altitude 2735m, tombe sous les coups répétés de grimpeurs fous, à l’ego surdimensionné, poussés par des intérêts économiques, et avides de reconnaissance, de célébrité.
La dalle s’escalade d’habitude par la gauche. Suivre une fissure qui monte à droite, et revenir à gauche. De là, droit en haut, par des cannelures, jusqu’à une grande vire. On remarque des trous forés pour des broches. »
« Honte ! Scandale ! Atteinte irréversible à la nature et à l’éthique… » auraient pu encore ajouter X, Y, ou Z, sur un forum, si Internet, les ordinateurs et les espaces virtuels consacrés à l’échange de messages avaient existé à l’époque. C’était en 1891, et les fous étaient deux guides des Plans-sur-Bex, J.-L. Marlétaz et Jean Veillon. Le but de leur action était d’assurer un minimum de sécurité lors de l’ascension d’un des sommets les plus visités des Alpes vaudoises.
Les broches ont fini par disparaître, elles ont été remplacées par des pitons de forgeron qui ont fini par disparaître, les pitons de forgeron ont été remplacés par des ‘spits’ inox inviolables qui finiront par disparaître… pour être remplacés par…
J’y vois une certaine continuité dans l’idée générale, avec, parfois, des excès à contenir par le rappel des règles admises par la plupart des grimpeurs, depuis des lustres.

1272883217_1537530503.jpgVoir les informations de l'image
Equiper: une technique aussi


1272883175_189049412.jpgVoir les informations de l'image
Equiper: une responsabilité


1273837920_36384202.jpgVoir les informations de l'image
Pierre Q'Abotse 1996, pose des relais



L’ouvreur d’une voie définit :

  • le type de protection (coinceurs, pitons de forgeron, ‘spits’) de la voie qu’il ‘invente’
  • le caractère de sa voie, en fonction du public auquel il la destine : aventure, sportif, plaisir, enfants, initiation, moyens, avancés, forts, etc., en tenant compte des possibilités du support naturel (le rocher), en recherchant un compromis entre la protection de la nature et l’aspiration bien légitime des humains à s’adonner à des loisirs sains en plein air
  • il a le souci de fournir un travail (bénévole bien que très coûteux, difficile et harassant) de qualité, en respectant des normes de sécurité pour ce qui concerne le matériel et sa mise en œuvre
  • son topo dit clairement les choses : voie bien protégée, très bien protégée, super… expo… relais en place… coinceurs nécessaires… longueur de corde minimum… etc.

L’ouvreur a un droit de propriété intellectuelle sur sa voie :

  • en d’autres termes, on ne modifie pas l’équipement (on ne déséquipe pas, on ne rééquipe pas, on n’ajoute pas, ni n’enlève des points…) sans son accord
  • lorsque l’ouvreur a disparu, on prend l’avis des grimpeurs locaux, des clubs, etc.

    1272883387_202443169.jpgVoir les informations de l'image
    1957/58 - 2010: 52 années d'ouverture de voies nouvelles

L’ouvreur n’est pas infaillible :

  • quel que soit le soin qu’il apporte à ses réalisations, il lui arrive de se fourvoyer
  • commencer par le remercier de son travail, avant de l’engueuler pour ce qui est à corriger permet, à coup presque sûr, d’arriver à une entente.

    1272883484_1423077069.jpgVoir les informations de l'image
    2010: repérer, tracer, nettoyer, 'spiter' et renettoyer après le passage de vandales

L’ouvreur a une responsabilité :

  • je ne m’aventurerai pas sur ce terrain (je ne suis pas juriste), toutefois je me souviens avoir entretenu, il y a quelques années, une correspondance avec un homme de loi ayant traité de la responsabilité des ouvreurs (j’ai malheureusement perdu ses coordonnées)
  • suite à des accidents, des procès ont déjà eu lieu (équipement défaillant, retiré, volé)
  • si l’ouvreur, ‘l’équipeur’ a une responsabilité, le ‘déséquipeur’ (sorte d’ouvreur à l’envers, celui qui enlève l’équipement mis en place pour quelque raison que ce soit) en a une aussi (experts en droit : à vos codes).

Nouveau, pour les chaudes journées d'été


Un minuscule site d'escalade très convivial, à l'altitude de 1300m et à 5 minutes de marche d'un chalet d'alpage servant les meilleurs beignets au fromage du pays. Bientôt, le topo sur C2C, pour un concept innovant: la GRIMPE PRETEXTE (apéritive ou digestive selon qu'on s'y adonne avant ou après s'être mis à table).

1273058435_1361217922.jpgVoir les informations de l'image
Nouveau site en cours de développement au  6 mai 2010


Conclusion


Tracer une voie nouvelle sur un pan de roche vierge, c’est, pour moi, visiter un pays inconnu ; parcourir, premier humain, rare privilège, un petit bout de la vaste Terre encore inexploré. Ce faisant, je crée un chemin que beaucoup d’autres suivront (ne suis-je pas guide ?), je fais œuvre de pionnier, d’aventurier, de sportif, d’artisan aussi. Et j’ai pleine conscience de l’insignifiance de ma démarche, du caractère éphémère de mes réalisations, de la fragilité des choses humaines.

MaDe © 2010

Depuis l'écriture de cet article, l'auteur a ouvert et / ou rééquipé plus de 200 voies supplémentaires au Chaney, au Roc à Mataf, au Petit Coin de Paradis, aux Aiguilles de Baulmes, pour un bilan global d'environ 500 voies. Le titre de l'article pourrait donc être: 59 années d'ouverture de voies nouvelles et d'entretien de sites d'escalade.

1479062211_776328077.jpgVoir les informations de l'image
Aiguilles, Roche Oubliée, 2015


Ouverture, nettoyage et équipement d'une nouvelle voie aux Aiguilles de Baulmes, secteur Roche Oubliée, en 2015.



Marcel Maurice Demont dit Marcel © 2016

  • Type de document :
    article
  • Catégories :
    compléments au topoguide
  • Activités :
  • Type d'article :
    article personnel

Cliquez dans le coin supérieur droit des vignettes pour afficher la page de l'image, ou dans le coin supérieur gauche pour afficher l'image à sa taille originale.

Le texte de cette page est disponible sous licence Creative Commons CC-by-nc-nd.
Les images associées à cette page sont disponibles sous la licence précisée sur le document d'origine de chaque image.
Version n°24 du 13 novembre 2016