Artif : remontée sur corde

french
italiangermanenglishspanishcatalanbasque

Couramment appelée « remontée aux jumars », la remontée sur corde fixe tire ses techniques de la spéléologie où les remontées de puits (grandes verticales) sont monnaies courantes. En artif, la remontée sur corde est utilisée après avoir fixé les premières dizaines ou centaines de mètres de la paroi ou lors du déséquipement d'une longueur.

Il existe de très nombreuses techniques et variantes de remontée sur corde fixe. Ci-après, nous vous présentons les deux techniques les plus souvent utilisées en escalade artificielle. Ces techniques peuvent être adaptées en fonction du terrain et du matériel à disposition du grimpeur.

Technique française

La mise en place du système

Cette technique consiste à fixer l'une des deux poignées d'ascension sur le pontet central du baudrier, en général, la poignée gauche pour les droitiers.
L'autre poignée est fixée quasiment à bout de bras au dessus de la première. Elle est reliée au grimpeur par une longe ou une daisy chain.
Un étrier est fixé sur la poignée supérieure.
Chaque poignée sera liée au grimpeur par des mousquetons à vis. La corde sera verrouillée dans chacune des poignées par des mousquetons simples.

Le matériel nécessaire

  • 2 poignées d'ascension : l'une main droite et l'autre main gauche
  • 2 mousquetons à vis
  • 2 mousquetons simples pour les poignées d'ascension
  • 1 longe ou daisy chain
  • 1 étrier et son mousqueton
1214372490_160231486.jpgView picture information
Artif: remontée sur corde

La remontée sur corde

Le grimpeur s'assoit dans son baudrier. Il élève alors la poignée supérieure, son pied étant déjà positionné dans l'étrier relié à cette dernière.
Il tire alors sur le bras et monte sur sa jambe, celle placée dans l'étrier. Il remonte la poignée inférieure et s'assoit alors dans le baudrier. Il recommence ainsi de suite.

Notre avis

Cette technique est asymétrique et ne fait travailler qu'une seule jambe et qu'un seul bras. Elle peut donc devenir très éprouvante et ne permet pas de changer de côté en cours d'ascension.

Dans des sections en dévers, il est possible d'ajuster cette technique pour la rendre moins éprouvante. Il suffit alors de mettre un deuxième étrier à côté du premier et de pousser en même temps sur les deux jambes et de tirer en même temps sur les deux bras : l'une des mains étant placée dans la poignée supérieure et l'autre coiffant cette dernière. Pour faciliter la remontée de la poignée inférieure, cette dernière, bien que fixée au pontet central du harnais, est reliée à un torse (ou à une longue sangle croisée dans le dos). La poignée reste alors en continue à la verticale.

A noter qu'il est plus facile de porter un sac (léger) avec cette technique qu'avec la technique américaine.

Enfin, cette technique est plus facilement mise en place que sa consœur qui demande un réglage très précis des longes.

Même si elle convient parfaitement lors du déséquipement d'une longueur, cette technique reste néanmoins moins efficace en rapidité et en rendement que la suivante, notamment lors de longue remontée sur corde fixe.

Technique américaine

La mise en place du système

Cette technique consiste à fixer les deux poignées d'ascension en décalé sur la corde fixe bras droit au dessus du bras gauche pour les droitiers, le grimpeur étant relié à chacune des poignées par une longe ou une daisy chain.

Un étrier est fixé sur chacune des poignées.

Chaque poignée sera liée au grimpeur par une longe ou une daisy chain munie d'un mousqueton à vis. La corde sera verrouillée dans chacune des poignées par des mousquetons simples.

Mise en place du système en vidéo [en]

Le matériel nécessaire

  • 2 poignées d'ascension : l'une main droite et l'autre main gauche
  • 2 mousquetons à vis
  • 2 mousquetons simples pour les poignées d'ascension
  • 2 longes ou daisy chains
  • 2 étriers et les 2 mousquetons associés

La remontée sur corde

Le grimpeur est pendu sur sa longe ou sa daisy chain reliée à la poignée supérieure. Sa longe ou sa daisy chain doivent être réglée à la perfection : ni trop courte, pour ne pas limiter la progression, ni trop longue ce qui rendrait impossible ou problématique la mise en tension du grimpeur dans son baudrier.

En prenant appui sur l'étrier relié à la poignée supérieure, le grimpeur remonte alors la poignée inférieure. Il prend alors appui sur l'étrier liée à cette dernière et remonte la poignée supérieure. De même que les jambes, les bras tirent successivement sur chacune des poignées.

Remontée sur corde en vidéo [en]

Notre avis

Cette technique, bien qu'asymétrique, fait travailler d'avantage les deux jambes et les deux bras du grimpeur que la technique française.

Elle permet de remonter très vite sur la corde : c'est d'ailleurs la technique utilisée pour les ascensions ultra rapide dans la vallée du Yosemite. Le grimpeur donne l'impression de courir sur la corde. Il est debout et prend appui successivement sur ses jambes et remonte alternativement ses bras.

Cette technique est particulièrement bien adaptée aux parois en deçà de la verticale, et demande un réglage parfait et une excellente maîtrise pour la remontée sur corde fixe en zone déversante, sous peine de s'épuiser très rapidement.

Petites astuces

1214372493_257099135.jpgView picture information
Artif: remontée sur corde

Réglage des longes

Le réglage des longes doit être minutieusement préparé. Avant de se lancer à l'assaut des cordes fixes, le grimpeur aura testé son système : pendu à la charpente de sa maison, sur une SAE, …

Mise en tension de la corde

Avant de se mettre dans son baudrier, il faut « amorcer la pompe ». Il s'agit de tendre la corde fixe. Pour cela, il faut pomper avec le pieds placé dans l'étrier relié à la poignée supérieure et ravaler le mou avec la poignée inférieure.

Démarrer la remontée sur corde

Une fois la pompe amorcée, le moment le plus délicat arrive et consiste à démarrer la remontée.
En effet, bien souvent, le poids de la corde au départ du sol, du point de renvoi ou du relais, ne suffit pas pour permettre à la poignée inférieure de glisser correctement sur la corde. Cette dernière se coince.
Le grimper peut trouver un équilibre et s'aider de l'autre main pour décoincer la poignée ou encore donner des petits à-coups pour faire glisser progressivement la corde dans la poignée d'ascension.
Aussi, le grimpeur peut-il laisser pendre du matériel sur la corde et le récupérer trois mètres au dessus, une fois que le poids de la corde suffit à lui-même.

S'attacher en bout de corde ou au fur et à mesure

Le grimpeur pourra s'attacher en bout de corde de manière à la retenir si les poignée venaient à glisser.

De même, il pourra s'attacher au fur et à mesure sur la corde qu'il remonte pour la limiter la hauteur de chute si le cas précédent venait à se produire.

Backup knots en vidéo [en]

1214372493_610286450.jpgView picture information
Artif: remontée sur corde

Lover la corde au fur et à mesure

Pour éviter que la corde ne se bloque sur une vire, derrière une écaille, un caillou ou un arbre, pour éviter qu'elle ne vole au vent, il est préférable de lover votre corde au fur et à mesure de la remontée. Un sac à corde, spécialement prévu pour l'artif pourra être utilisé à cet effet.

Passer un point

Élémentaire lorsque la longueur et vertical et linéaire, le passage d'un point est plus complexe lorsqu'il s'agit d'une traversée ou d'un surplomb.

Pour passer un point, il suffit de venir assez prêt du point à passer : ni trop prêt, sous peine de ne pas pouvoir enlever la poignée supérieure, bloquée dans le mousqueton ; ni trop loin, sous peine de ne pas réussir à mettre la poignée supérieure au dessus du point à passer.

Positionner alors la poignée supérieure au dessus du point à passer, et se mettre en tension dessus.

Ôter le point à passer et rapprocher la poignée inférieure, ou, positionner la poignée inférieure dessous l'autre en l'ôtant de la corde.

Remonter avec un sac à dos

Il possible de remonter sur corde fixe avec du matériel ou un sac à dos léger. Néanmoins, la remontée devient alors très besogneuse.

Si le sac à remonter est trop lourd, le grimpeur pourra l'attacher sur une sangle qu'il pendra entre ses cuisses. Néanmoins, gare aux échauffements que provoquent les frottements de la sangle sur les cuisses.

  • Document type:
    article
  • Categories:
    gear and techniques
  • Activities:
  • Article type:
    collaborative article

Click on thumbnail's top-right corner to see the picture's page, or its top-left corner to display the picture in its original size.

The text in this page is available under a Creative Commons CC-by-sa license.
The images associated to this page are available under the license specified in the original document of each image.
Version #10, date 11 July 2010